Pour Aymeric Chauprade, l’entretien de Jean-Marie Le Pen dans Rivarol est « riche et intelligent »

Confronté à Cécile Alduy sur France 24 (12’45), Aymeric Chauprade, eurodéputé du FN, a déclaré qu’il existait « des différences de tactique ou de stratégie [entre Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen], mais pas des divergences de fond […] J’ai lu l’interview de Jean-Marie Le Pen, qui comme d’habitude est riche et intelligente, car tout ce que Jean-Marie Le Pen dit est souvent profond, intelligent, nourri par l’histoire. Simplement, ce que nous disons c’est qu’il y a certains débats qui sont contre-productifs, inutiles, pour lesquels nous vivons dans une société d’émotion qui d’emblée anéantit toute réflexion et tout raisonnement ».

aymeric chauprade

Nous avons déjà publié dans notre dernier article, à titre d’exemple, les soutiens apportés à Jean-Marie Le Pen par des élus et candidats du FN, dont un profite pour dénoncer sur son compte Twitter ce qu’il nomme le « problème de la baguette magique shoatique ».

Plusieurs autres figures du Front national appellent au respect et au calme, comme Bruno Gollnisch (qui a apporté son soutien à Jean-Marie Le Pen), Jean-François Jalkh (vice-président du parti) ou Stéphane Ravier (maire du VIIe secteur de Marseille). Certains, comme Louis Aliot, ont taclé des jeunes du Front national, présentés comme de « petits marquis qui veulent se faire mousser ». L’éventualité d’une exclusion de Jean-Marie Le Pen semble par ailleurs s’éloigner.

Un article de David Perrotin (de Rue89) montre que Marine Le Pen a plusieurs fois soutenu ou excusé certaines des analyses de Jean-Marie Le Pen qui sont aujourd’hui dénoncées à travers l’entretien accordé à Rivarol. Marine Le Pen avait même déclaré, lors de son accession à la présidence du parti : « J’assume tout l’héritage du Front national. »

Le Monde a aussi révélé ce vendredi la mise en cause du Front national dans une affaire de financement illégal. Des emplois fictifs seraient suspectés.

La rédaction