Archives pour la catégorie Pouvoir, république et démocratie

L’entretien de Jean-Marie Le Pen dans Rivarol

L’entretien accordé par Jean-Marie Le Pen à Rivarol fait aujourd’hui la une de la presse. Les propos qu’il y tient n’ont rien de nouveau : il ne fait que répéter les positions qu’on lui connaît sur « le monde blanc » (l’article de Nicolas Lebourg sur le sujet mérite d’être lu), sur Pétain, sur les immigrés « qui nous gouvernent », sur les homosexuels, sur la République et la démocratie.

gruau, rivarol

Si ces positions sont connues et répétées par Jean-Marie Le Pen depuis plus de trente ans, le Front national envisage aujourd’hui de sanctionner son président d’honneur. Il ne s’agit pas en effet de sanctionner les opinions déclarées et revendiquées par le député européen du FN, mais plutôt de rejeter un « mauvais coup de communication » du point de vue de Marine Le Pen. Lire la suite

Autres réactions du Front national à l’attentat contre Charlie

Ce texte est la suite d’un article à lire ici

Laurent Trouvé, candidat aux élections départementales à Moissac, refuse « d’être naïf » et de « clamer un refus hypocrite de l’amalgame ». Thierry Cumps, qui se présente en Seine-Saint-Denis, pense que « peut-être 10% » des musulmans « risquent un jour de commettre des actes terroristes sur notre territoire ».

Thierry Cumps

Aymeric Chauprade, cadre et eurodéputé du Front national, a lui-même a déclaré : « Une 5e colonne puissante vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale […] On nous dit qu’une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d’Allemands l’étaient avant 1933 et le national-socialisme ». Marine Le Pen lui a retiré la responsabilité de la délégation frontiste au Parlement européen, pour « indiscipline ». Lire la suite

Les réactions du Front national à l’attentat contre Charlie

Nous profitons de cet article pour exprimer notre immense tristesse pour les dix-sept victimes des attentats de la semaine dernière, journalistes, policiers et simples citoyens, de toutes origines et confessions.

Une de Charlie

Cet article, que nous publions volontairement plusieurs jours après les événements, par respect, par volonté de discuter sereinement, étudie les propos que le Front national, à travers ses cadres, ses élus, ses candidats, a tenu au sujet des attentats. 

Le Front national a répété, lors de ses dernières interventions médiatiques, ne pas vouloir faire d’amalgames. La revue de Louis Aliot, NationsPresse, organe de presse non-officiel du Front national, a cependant titré « Les gamins des banlieues de l’islam ne sont pas « Charlie » ! » un article sur les incidents survenus dans certaines écoles pendant la minute de silence. Lire la suite

La Dissidence Française

La Dissidence Française est un groupuscule dont la tête de file appelle « ouvertement l’armée française à prendre l’initiative […] Jamais les circonstances n’ont rendu le putsch plus réalisable, plus nécessaire, plus souhaitable ».

La Dissidence

Le Front national en tant que parti n’a aucun lien avec ce groupuscule – même si d’anciens membres du service de sécurité du FN ont affirmé que celui-ci a, dans les années 1990, mené plusieurs entreprises de « déstabilisation et d’infiltration » (rien de moins !), et que le même service de sécurité avait été menacé de dissolution suite à une enquête parlementaire (publiée ici).

Plusieurs élus et candidats du FN témoignent cependant de leur sympathie à ce mouvement (et à ses idées) sur leurs pages publiques Facebook. Lire la suite

Le Collectif Racine

Ce texte est la suite d’un article paru ici

on-acheve-bien-les-francaisUn autre livre (On achève bien la France) de l’essayiste Arnauld de Tocquesaint, membre-fondateur du collectif FN des enseignants, le Collectif Racine, révèle que celui-ci soutient l’idée d’un pouvoir de nature militaire : « en suspendant toutes les aides sociales aux familles de délinquants (qui ne sont souvent qu’un complément à d’autres revenus illicites), en leur imposant pendant un an des travaux d’intérêt général, en les rééduquant dans des vrais centres fermés à la discipline militaire (et pas dans un château pour Fée Clochette), en désengorgeant une justice bien trop lente au profit du maire à un bout et de l’armée à l’autre bout de la chaîne de sanction, en mettant enfin hors d’état de nuire les rappeurs comme Abdoul X qui incite à « tirer sur les keufs », la délinquance urbaine fondrait comme neige au soleil » (p37).

Celui-ci affiche aussi, dans ce livre, sa crainte du métissage : « le multiethnicisme, c’est la guerre » (p168), « l’immigration de peuplement a créé au cœur du pays un problème ethnique qui le détruira » (p223), « les métisses se construisent souvent dans la radicalisation » (p228), « le métissage, tel qu’il est promu, il ne faut pas se tromper, c’est la négation du Blanc » (p229). Le « plan antinational » discuté dans La Face cachée de l’École est encore en action. Lire la suite