L’ancien président du FNJ appelle à un discours communautariste

Si Julien Rochedy n’est plus le président du FNJ (Front national de la jeunesse) depuis octobre, celui-ci déclare être encore membre du comité central du parti.

Or l’ancien président du FNJ défend, pour un membre et responsable du parti, une thèse pour le moins originale : il explique en effet, dans un billet disponible sur son blog, défendre aujourd’hui un discours communautariste.

julien rochedy radio courtoisie

C’est à l’occasion d’un entretien sur Radio Courtoisie que celui-ci précise sa pensée. Il affirme ainsi très simplement « qu’en quelque sorte on pourrait organiser les communautés en vue de la France, ou pas, mais ça c’est demain qui nous le dira. Mais pour aujourd’hui, c’est la seule solution qui nous permette de conserver notre propre substrat et aussi d’ailleurs d’alléger un petit peu l’État, parce qu’on pourrait penser, sous la forme communautaire, de communautariser les systèmes sociaux, ce qui pourrait quand même sacrément arranger l’état de nos finances » (7′). Il déclare souhaiter un communautarisme des Français de souche (21′, 23′), et assure que « les identitaires [….] qui ne veulent pas mélanger le substrat français, hé bien au moins ils seront protégés » (24’30). Julien Rochedy s’attend manifestement à une guerre (35’40).

L’ancien candidat aux municipales à Montélimar écrivait déjà, dans sa tribune intitulée Pour un discours communautariste : « De toute façon, quelle est l’alternative ? Entendu que quinze millions de personnes, sans doute vingt demain, ne deviendront jamais, tous, des auvergnats et des bretons classiques, il va bien falloir organiser un peu tout cela. Ne serait-ce que – parce que nous y tenons – pour conserver le type classique de l’auvergnat et du breton. Restes [sic] des solutions de guerre civile, de remmigration [sic] massive ou de génocides, mais personne, en l’état, en raison et en morale, ne peut proposer de telles solutions. Dès lors, organiser en vue de la France des communautés qui de toute façon existent et existeront encore plus demain, semble la seule solution d’avenir à la fois pacifique et salutaire. Le reste n’est qu’illusions, anarchie et sang. »

Plusieurs portraits de Julien Rochedy ont été publiés dans la presse, notamment dans Rue89, Libération et La Règle du Jeu. Celui qui avait annoncé prendre un nouveau poste au sein du FN est aussi à l’origine de plusieurs polémiques, notamment lorsqu’il voulait « casser la gueule » à des invités de Jean-Marie Le Pen ou lorsqu’il s’est dit favorable à une interdiction de la « propagande gay » comme en Russie, tout en reconnaissant ne pas connaître le dispositif dans le détail. Nous avons aussi relevé ses propos sur le mariage homosexuel, tenus au cours d’un débat sur BFM Business : « Personnellement, je suis horrifié, absolument horrifié, même, qu’on puisse avoir ce débat en France aujourd’hui. Je déplore d’être né à une époque où on se pose une question si absurde du mariage homosexuel et de l’adoption, appelés en plus sous un vocable « mariage pour tous » qui ne veut strictement rien dire. Ces manifestations, nous avons vu le 16 décembre, pour le mariage gay et l’adoption, ont révélé pas mal de choses […] on a vu ce genre de choses, que je vais vous montrer : un enfant, de 10 ans à peu près, qui tient dans les mains un écriteau sur lequel est marqué : « bite dans le cul ou pas, on veut l’égalité des droits ». Je vous demande à tous ici si vous voulez donner des enfants à ce genre de fous, ou de folles, je ne sais pas comment il faut dire, si vous voulez donner des enfants à ce genre de personnes. […] Ce qui est déplorable, c’est la pédophilie qu’il y a derrière ça. »

La rédaction