Sophie Montel et l’avortement

Nous avons précédemment relevé les propos de Sophie Montel sur « l’évidente inégalité des races ».

Sophie Montel

La candidate du FN aux élections législatives partielles du Doubs a aussi répondu à un élu du RPR (aujourd’hui UMP), au cours d’un débat en conseil municipal de Besançon le 3 novembre 1997, que « vous nous avez parlé de la natalité, mais n’oubliez tout de même pas que c’est quand même sous le Gouvernement CHIRAC/VEIL que la loi sur l’avortement a été votée ». Propos qui sous-entendent un rejet de la loi Veil sur l’avortement.

Plus anecdotique (et amusant), Sophie Montel a déclaré lors d’un conseil municipal du 20 septembre 1999, au sujet de l’implantation d’une sculpture et d’une demande de subvention : « Nous nous abstiendrons parce que décidément nous avons beaucoup de mal à comprendre l’art contemporain. »

Le groupe Front national du conseil régional de Franche-Comté, groupe qu’elle préside, s’est pour sa part érigé contre le cumul des mandats (surtout lorsqu’ils sont exécutifs) dans une tribune que le conseil régional met à disposition : « En effet, comment peut-on faire croire sérieusement à nos compatriotes qu’il est possible de cumuler plusieurs mandats tout en étant un(e) élu(e) efficace ? »

Sophie Montel est députée européenne de la circonscription Est, conseillère régionale de Franche-Comté, secrétaire nationale du FN et chargée de mission, secrétaire départementale du parti dans le Doubs, et membre du comité central du parti (ainsi que du bureau politique). Elle a dû abandonner son mandat municipal, obtenu en mars dernier, pour respecter la loi actuelle sur le cumul des mandats. En cas d’élection à l’Assemblée nationale, elle devra aussi renoncer à son mandat européen.

Bruno Gollnisch, de son côté, explique lui n’envisager aujourd’hui d’être conseiller régional (en plus d’eurodéputé) que pour être membre d’un exécutif.

La rédaction