Autres réactions du Front national à l’attentat contre Charlie

Ce texte est la suite d’un article à lire ici

Laurent Trouvé, candidat aux élections départementales à Moissac, refuse « d’être naïf » et de « clamer un refus hypocrite de l’amalgame ». Thierry Cumps, qui se présente en Seine-Saint-Denis, pense que « peut-être 10% » des musulmans « risquent un jour de commettre des actes terroristes sur notre territoire ».

Thierry Cumps

Aymeric Chauprade, cadre et eurodéputé du Front national, a lui-même a déclaré : « Une 5e colonne puissante vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale […] On nous dit qu’une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d’Allemands l’étaient avant 1933 et le national-socialisme ». Marine Le Pen lui a retiré la responsabilité de la délégation frontiste au Parlement européen, pour « indiscipline ».

Charles de Moustier, responsable local du FN et candidat aux dernières municipales à Mainvilliers, suggère lui de « laisser » les musulmans « dans leur âge de pierre et limitons nous à ceux qui sont chez nous en faisant en sorte qu’ils prennent bien conscience qu’ils sont sur une terre chrétienne ».

Charles de Moustier

Pierre-Jean Robinot, conseiller municipal d’Epinal, poste de son côté sur Facebook : « « On me dit qu’il y a des arabes en France? » « que des gens sont assassinés? » Moi président, on m’aurait caché quelque chose? ». Il ajoute, suite au rejet par Christiane Taubira de la peine d’indignité nationale, que « celle-ci déteste la France ».

Joffrey Bolley, directeur de cabinet de Florian Philippot et élu au comité central du parti, se demande « Pourquoi ramener Lassana à sa religion ? Si je fais qqch de bien il faudra en créditer le catholicisme ? ». Norman Mechin, élu FN de Vienne, estime lui que « Lassana n’est peut-être pas le héros qu’on croit ».

Jean-Christophe Gruau, élu municipal à Laval, se demande ce que « Valls et Hollande attendent pour devenir musulmans. Les choses seraient plus claires ainsi, non ? ». Il écrit aussi que la garde à vue de Dieudonné, qui a dit se sentir « Charlie Coulibaly », est « scandaleuse », et donne raison à Yvan Benedetti (qui a déclaré en 2010 être « antisioniste, antisémite, anti-juif ») selon qui Charlie « interdisait de croire et de prier », Yvan Benedetti qui « accuse » aussi les journalistes de Charlie d’être des « ennemis acharnés du révisionnisme ».

Karim Ouchikh

Karim Ouchikh, président du SIEL (parti allié au FN) et proche de Marine Le Pen, propose de son côté : « Najat Vallaud-Belkacem veut-elle faire preuve de fermeté ? Que la ministre enjoigne aux enseignants de faire étudier le Mahomet de Voltaire. » Karim Ouchikh, conseiller à la culture de Marine Le Pen jusqu’à ce que celle-ci supprime l’existence des « conseillers thématiques » il y a quelques jours, suggère ainsi d’inscrire au programme de l’Éducation nationale une description négative de l’Islam suite aux événements. Il est amusant de rappeler que le brûlot de Voltaire était à clef, et s’adressait avant tout à l’Église catholique (en espérant contourner la censure). Karim Ouchikh se revendique aussi « William Wallace » sur Twitter, du nom du chevalier écossais qui mena la rébellion contre l’occupation anglaise à la fin du XIIIe siècle.

Bruno Clavet, que nous avons cité dans le premier article, qualifie pour sa part les frères Kouachi de « protégés » de Edwy Plenel, le directeur de Mediapart.

Patricia Chalamet, candidate, entre autres, aux départementales à Buzançais, affirme (message repris par une autre candidate, Marine Coppola) que François Hollande et ses prédécesseur sont directement responsables, en premier lieu «  par leur entêtement à laisser entrer sur notre territoire toujours plus de musulmans inassimilables qui viennent grossir les rangs des djihadistes ». Elle déclare ne pas être « Charlie » : selon elle, « l’être, cela voudrait dire aussi cautionner cet esprit anti-Français, esprit qui est aussi pour partie responsable de la tragédie de ces derniers jours ». Grégory Gennaro, candidat pour le compte du FN en 2011, écrit de même que Charlie est « un journal de merde de toute manière. Un journal de collaborateurs de l’anti-France. Il n’est ni drôle, ni subversif ».

Bruno Gollnisch regrette aussi sur son blog que « quand on veut faire de l’humour sans être inquiété par la police de la pensée et de l’arrière-pensée, sans craindre le terrorisme intellectuel, il vaut mieux être un mauvais journal crapoteux d’extrême gauche, même islamophobe, c’est plus confortable… ».

Raphaëlle Jeanson, conseillère municipale frontiste à Saint-Étienne et candidate aux élections départementales, a elle partagé une lettre qui affirme que « ces journalistes et particulièrement ces dessinateurs ne respectaient rien, rien sauf ce qu’on leur disait de respecter.  Ainsi, jamais de leur part une caricature ridiculisant la shoah, les Noirs (ou autres races non blanches), la démocratie, les handicapés les homosexuels, dénonçant l’avortement et ses 200 000 morts par an etc. », et évoque les « maîtres » de Charlie. Arnaud Dournel, candidat FN dans le Morbihan, en a fait de même. Alexandre Papilian, élu municipal FN à Limoges, et Francis Maginot, ancien candidat aux législatives, ont aussi repris cette lettre.

Jean-Claude Philipot

Jean-Claude Philipot, élu municipal à Reims, regrette le « soutien moral, financier à Charlie Hebdo » qui « met en danger les chrétiens du monde et tout le pays », et propose de créer un Guantanamo français. Il partage aussi sur Twitter l’analyse du Renouveau Français, groupuscule pétainiste et antisémite.

Richard Cortes, conseiller municipal FN de Vaucluse, publie lui les mots suivants : « Très fier de ne pas être CHARLIE et de ne pas faire partie de tous ces moutons qui font allégeance à l’extrême gauche!« 

Jean-Marie Le Pen a voulu minimiser la mobilisation nationale, et déclaré que le nombre de manifestants « était exagéré ». Jean-Romée Charbonneau, tête de liste aux élections municipales à Niort, a lui refusé d’y manifester, parlant d’une « sous-manifestation d’une manifestation nationale ». Cyril Giraud, troisième de la liste menée aux municipales par Jean-Romée Charbonneau, a exprimé son désaccord avec celui-ci.

Pierre-Louis Mériguet, ancienne figure du groupe identitaire Vox Populi et aujourd’hui candidat FN, a lui tweeté : « A Beaucaire la foule scande « vive Marine ».Pas 1 slogan à Paris pour le Président.La démocratie c’est le pouvoir par le peuple.Tt 1 symbole. » Certains ont, de fait, dénoncé une mobilisation politique.

Laurent Gatine

En dehors de Jean-Marie Le Pen, plusieurs élus et candidats du FN ont partagé des vues complotistes. Laurent Gatine, candidat en 2011, pense « que c’etait prémetiter en plus il etait interdit sur le sol américains .l’etait savez se qu’il préparer. ». Teddy Gabreau, ancien candidat aux législatives, est lui convaincu d’un complot, de même qu’Alain Trouillé (qui envisage lui plus précisément un complot « sioniste »). Alexandre Papilian, élu FN de Limoges, se pose lui des questions sur l’assassinat du policier devant le siège de Charlie.

La rédaction