Le FN crée son Collectif Culture

Le FN présente, ce mardi 2 juin à 9h30, le Collectif Culture qui avait été annoncé en décembre dernier (et qui est finalement baptisé Collectif Culture, Libertés et Création).

collectif culture

Ce collectif rejoint ainsi, entre autres, ceux sur l’éducation et l’écologie que nous avons déjà présentés.

Le lancement à venir de ce collectif avait été annoncé lors de l’arrivée au FN-RBM de Sébastien Chenu, transfuge de l’UMP qui devait prendre la présidence du collectif. Karim Ouchikh, président du SIEL (le deuxième parti du Rassemblement Bleu Marine) et alors conseiller à la culture de Marine Le Pen, s’était irrité sur Twitter de ce recrutement :

karim ouchikh, sebastien chenu

Un autre tweet avait précédé : « Sébastien Chenu provoque un émoi légitime au sein des forces marinistes. Pour en savoir davantage, attendons demain la conférence de presse de MLP ». En cause : le passé de Sébastien Chenu, ancien militant pour les droits LGBT.

Jean-Yves Narquin, délégué général du Rassemblement Bleu Marine qui s’est illustré dans les médias en novembre pour avoir « organisé son insolvabilité », préparait ce projet depuis au moins octobre, selon un article de L’Opinion de l’époque. Son nom ne figure pas dans l’équipe annoncée du Collectif Culture. Gilbert Collard, qui devait prendre la tête du collectif avec Sébastien Chenu, est finalement présent en tant que parrain.

Cette initiative peut surprendre quand on connaît les polémiques régulières que connaissent les mairies FN sur le sujet, comme par exemple à HayangeBéziers, Villers-Côtteret ou Luc-en-Provence.

De fait, quelques membres du collectif ont tenu publiquement des positions polémiques. Karim Ouchikh, par exemple, s’est rapproché des milieux identitaires. Laurent Husser, déjà candidat pour le FN, déclare « [partager] les vues » de Renaud Camus, théoricien du « grand remplacement ».

florent benetreau

Florent Bénétreau, lui aussi membre du collectif, a de son côté écrit sur Facebook : « Stop à la cathophobie ! Pourquoi stigmatiser une religion… ? Ah oui je sais, islamophobe et antisémite ce n’est pas politiquement correct ! » Sébastien Chenu, président du collectif, s’était contenté de répondre : « ?? »

Gabriel Robin, secrétaire général du Collectif Culture, croit pour sa part en l’existence des « no go zones » à Paris, et déclare « ne pas vouloir d’un choc de civilisations, mais d’un divorce à l’amiable ».

Jean-Yves Narquin, délégué général du Rassemblement Bleu Marine qui a participé à la création du Collectif Culture et qui s’est présenté à plusieurs élections pour le compte du FN, s’illustre lui régulièrement sur Twitter : « un Turc converti Allemand crucifie les algériens… on peut vraiment compter sur personne !!! » ; « #Sagnol la diversité = Loi pour femmes au parlement, beurs à la télé, etc… pourquoi pas quelques blancs dans les équipes de foot ? » ; « Yannick Noah déplore la « censure » de Dieudonné / bizarre, il n’a rien dit pour Jean Roucas ? trop blanc ? »

Il retweete encore une illustration sur laquelle est écrit : « Donnez un marteau à un européen, il bâtira une civilisation. Donnez un marteau à un musulman, il tuera des Chrétiens. Donnez un marteau à un Gauchiste, il le donnera aux Musulmans. »

Christopher Szczurek, membre du collectif et adjoint à la culture du maire d’Hénin-Beaumont, avait lui créé la polémique lorsqu’il avait comparé en mars 2014 les figurants d’un spectacle de Yannick Noah à des « sagouins ».

christopher szczurek

Le site du Collectif Culture, qui propose quelques articles, contient lui aussi quelques phrases déroutantes.

Marie-Amélie Dutheil de la Rochère, membre du FN-RBM, écrit par exemple : « Triste collusion d’actualités au mois de mai 2015 : d’un côté, les barbares du prétendu État islamique détruisent les vestiges archéologiques des anciennes cités (Nimrod hier, Palmyre demain) ; de l’autre, le gouvernement français s’obstine à défendre un projet de réforme du collège dont tous s’accordent à dire qu’il cloue les dernières planches du cercueil des langues anciennes, qui risquent bien de mériter pour finir le nom de langues mortes. » La comparaison entre Daesh et le gouvernement, qui n’est pas nuancée dans l’article, est pour le moins radicale.

On y voit aussi le secrétaire général du collectif, Gabriel Robin, défendre le latin et le grec obligatoires pour tous, alors que le FN défend plutôt une réduction du nombre d’enseignements et un « retour aux fondamentaux ».

Ou encore cette phrase dans le manifeste, qui semble résumer le projet que prétend se donner le collectif : « En résumé, protéger les Français et la France de ceux qui les nient. » Propos qui rejoignent, en fin de compte, les positions traditionnelles du FN sur le sujet (voir cet article du Monde).

La rédaction