Incroyable mais vrai : une entreprise troque ses serveurs classiques contre des cellules cérébrales humaines !

La société FinalSpark fait parler d’elle avec le lancement de sa neuroplateforme, une innovation dans le domaine de l’informatique en ligne. Cette plateforme se distingue par l’utilisation de tissus cérébraux humains, remplaçant ainsi les serveurs traditionnels. Ce concept, qui semble tout droit sorti d’un roman de science-fiction, propose une solution à faible consommation énergétique.

L’intersection entre biologie et technologie

L’utilisation de cerveaux humains ou de leurs équivalents comme composants informatiques n’est pas nouvelle dans la littérature de science-fiction. Cependant, elle prend vie dans les laboratoires de recherche. FinalSpark, s’appuyant sur les avancées scientifiques, crée des organoïdes cérébraux à partir de cellules souches. Ces structures complexes, composées d’environ 10 000 cellules cérébrales, sont au cœur de leur offre de cloud computing. Pour un abonnement mensuel de 500 dollars, les utilisateurs peuvent interagir avec ces organoïdes via le langage de programmation Python, explorant ainsi de nouvelles frontières de la computing power.

Une révolution énergétique

L’un des principaux avantages de cette technologie réside dans sa remarquable efficacité énergétique. Fred Jordan, cofondateur de FinalSpark, a révélé dans une interview les méthodes innovantes utilisées pour activer les organoïdes, incluant l’application d’électrodes et de dopamine. Cette approche permet aux neurones vivants d’opérer avec une consommation énergétique jusqu’à un million de fois inférieure à celle des puces électroniques traditionnelles.

Cette avancée majeure s’inscrit dans une démarche écologique visant à combattre le changement climatique. La neuroplateforme de FinalSpark pourrait révolutionner le secteur de l’intelligence artificielle en réduisant considérablement le besoin en électricité, un enjeu crucial à une époque où la demande en énergie explose.

Lire aussi :  ChatGPT et l'IA menacent 300 millions d'emplois dans le monde, selon Goldman Sachs

Au-delà de son potentiel pour réduire l’empreinte carbone, cette bio-informatique ouvre des perspectives fascinantes pour le futur de la technologie. Elle représente un pas vers la concrétisation de concepts autrefois réservés à l’imaginaire, offrant une alternative durable aux infrastructures informatiques existantes.

Ne ratez plus aucune information en ajoutant L’Entente à vos favoris sur Google News. Ainsi, vous contribuez à notre développement et nous aidez à continuer de vous fournir des informations de qualité. Un grand merci pour votre confiance et votre soutien !

CES ARTICLES POURRAIENT VOUS INTÉRESSER